Après avoir visité le sud du Laos, nous continuons notre remontée du pays pour découvrir sa région centrale : la capitale actuelle Vientiane, l’une des anciennes capitales royales Luang Prabang et enfin le long du Mékong au cours d’une croisière.

Le trajet (carte Google Map)

Vientiane

Après une nouvelle journée de bus depuis Thakhek, on arrive à Vientiane. Contrairement à toutes les autres capitales d’Asie du Sud-Est, ici pas de building, ni de trafic dense. La ville est calme, non polluée, les trottoirs sont larges et la modernité se mèle aux édifices historiques (mais pour combien de temps ?).

Vientiane regorge de superbes temples, comme le Sisaket avec ses milliers de mini statuettes de Bouddha disposées deux par deux dans des niches. On en visite une demi-douzaine, qui ont chacun leur particularité : bouddha en bronze, toit à 5 pans, bas-reliefs en bois sculpté, pilier tutélaire…

Mais la capitale c’est aussi : un énorme marché, où l’on trouve une quantité impressionante de tissus et vêtements, de la nourriture locale (insectes, poissons vivants, viande, fruits …), une belle promenade le long du Mékong, très animée le soir, ou encore une avenue style champs-élysées reliant le palais présidentiel à « l’arc de triomphe » laotien.

DSC08492 DSC08505

Luang Prabang

Une fois n’est pas coutume, nous prenons le bus de nuit pour rejoindre Luang Prabang, ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Les rues étroites, les maisons basses, les batiments historiques, la verdure et les montagnes environnantes lui donnent un vrai charme. Tout comme l’animation permanente, du lever du soleil (Tak Bat, le marché du matin) à son coucher (marché de nuit, food market).

Le temps étant pluvieux, nous en profitons pour adopter un rythme plus relax et profiter de notre super hôtel. On en n’oublie pas pour autant de visiter notre lot de temples, notamment le Xieng Thong avec son architecture typique de la ville, son bouddha d’émeraude sacré et le char funéraire du roi Sisavong Vong. On ne loupe pas non plus la visite de l’ancien palais royal, plutôt modeste, qui abrite aujourd’hui un musée (magnifique salle du trône aux murs recouverts de mosaïques de verre) et le temple du bouddha d’or.

On s’éloigne enfin des sites touristiques pour découvrir un village de tisserands et les anciennes fumeries d’opium au milieu d’un champ de nénuphares (pourtant situées au coeur de la ville).

DSC08635 DSC08639

Croisière sur le Mékong

Considérant le temps pluvieux des derniers jours, nous décidons de rejoindre directement la frontière Thailandaise en profitant d’une croisière sur le Mékong plutôt que de poursuivre notre route vers les montagnes du nord.

Nous embarquons sur une longue péniche assez étroite avec quelques touristes et les locaux. Pendant deux jours, nous remontons le cours du fleuve, rythmé par les débarquements et embarquements des Laotiens dans leurs petits villages. C’est une occasion unique d’observer aussi bien l’environnement (montagnes karstiques, rapides du Mékong, grottes…) que la vie sur les bords des rives (pêches, petits villages en bois et pailles perdus au milieu de nulle part, enfants jouant ou se baignant, buffles se raffraichissant eux aussi dans le fleuve…).

DSC08668 DSC08681

On a aimé

  • Le musée de la COPE à Vientiane : cette ONG laotienne s’occupe des personnes victimes des bombes à sous-munitions (il y aurait encore environ 80 millions d’engins non explosés, le Laos étant le pays le plus bombardé au monde !), forme des prothésistes et offre des soins gratuits aux plus démunis. Exposition boulversante, mais des notes d’espoir : dans les témoignages de personnes qui peuvent reprendre leur vie « d’avant » grâce aux prothèses ou encore dans l’amélioration des techniques de déminage, beaucoup plus efficaces aujourd’hui. Mais il reste encore de nombreuses localités à couvrir…
  • Les petits déjeuners dans notre hôtel de Luang Prabang : omelette, fruits, panckake, milkshake et café, tellement complet qu’il nous servait de brunch.
  • Le musée des arts traditionels et d’ethnologie à Luang Prabang : tout petit musée mais très bien fait avec des explications en français. Présentation des ethnies du Nord Laos : Akha, Hmong, Khamu…, beaux costumes traditionels, objets courant, utilisation des larmes de Job comme aliment et « perle » de décoration (habits et bijoux)….
  • Notre dernière soirée à Luang Prabang passée avec le propriétaire de notre guesthouse, Keo, et une famille française. On a goûté le whisky lao maison (hyper amer), et le proprio en avait un peu abusé, mais la soirée était sympa !

On a moins aimé

  • L’habitude de placer les stations de bus ou embarcadères en dehors des villes (de 3 à 10km), obligeant à prendre un tuk-tuk pour rejoindre les centres-villes. Avec de la patience on arrive cependant à baisser significativement les tarifs annoncés.
  • Les 6h30 de bus passés sur un tabouret en plastique au centre de l’allée (le bus étant bondé) pour rejoindre Vientiane. Mais c’est toujours mieux que debouts !

Ça nous a surpris

  • Le Tak Bak, ou l’aumone des moines, qui se déroule tous les jours au lever du soleil à Luang Prabang. Drapés d’une écharpe, agenouillés sur le trottoir, nous avons pu y participer avec le propriétaire de notre hôtel en compagnie d’autres locaux. Les moines défilent ainsi dans les rues et collectent du riz gluant dont ils se nourrissent.
  • L’obsessions des touristes asiatiques pour les selfies… Particulièrement envahissants lors du coucher de soleil depuis le Mont Phousi (Luang Prabang), où leur frénésié bruyante gâche un peu l’ambiance. Mais il y a aussi un côté marrant à les observer…
  • Les terrains de pétanque que l’on retrouve partout dans le pays.

Nourriture

C’est principalement à Luang Prabang qu’on a testé les spécialités culinaires du Laos.

  • Fondue ou barbecue laotien : buffet de viandes, poissons, légumes… Que l’on fait soi-même griller (ou bouillir).
  • Saucisse de porc : met typique du Laos.
  • Buffet végétarien du « food market » : chacun peut se constituer sa propre assiette en se servant au buffet (légumes, pâtes, sorte de currys …). Mais comme ensuite le tout est mélangé et chauffé dans un wok, ça devient une sorte de bouillie… Dommage mais pas si mal.
  • Les délicieux jus de fruits frais : mangue, ananas/citron, mangue/ananas…
  • Roti: sorte de crèpes que l’on agrémente à souhait : coco, et lait concentré pour nous.
  • Pain et pâtisseries : héritage des colons français, on trouve dans toutes les villes baguettes, sandwichs, croissants et autres pains au chocolat.

DSC08612 DSC08570

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *