Après Singapour on poursuit notre remontée vers la Thailande en passant par la péninsule de la Malaisie. Là encore, cette étape n’était au départ pas prévue, mais le charme apparent de ce pays nous a convaincus d’y passer une dizaine de jours.

Le trajet (voir Google Map)

Melaka

Après le passage de la frontière singapourienne, on rejoint la ville portuaire de Melaka. On commence par la visite du centre historique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Un mélange de vestiges et d’édifices bien restaurés hérités des différents conquérants (sultan, Portugais, Hollandais et Britanniques) témoignent de l’importance de la ville dans le passé. On retiendra les murs rouges de la place hollandaise, le palais du sultan tout en bois ou encore la réplique d’un bateau portugais abritant le musée maritime. Dommage que ce quartier ultra-touristique semble manquer d’une vie locale plus authentique.

Tout le contraire du quartier chinois, avec son marché de nuit plein à craquer de touristes comme de locaux et ses lieux de culte boudhiste, hindou et musulman reflétant bien le melting-pot du pays. Mention spéciale pour le musée Baba Nonya Heritage : visite guidée d’une maison Peranakan (descendants des premiers immigrants chinois), reconstituée selon le mode de vie de l’élite malaise au 19ème siècle.

Melaka1 melaka3

Îles de Perhentian

On traverse ensuite toute la péninsule en bus de nuit pour rejoindre les îles de Perhentian. Après un rodéo d’une heure sur un speed boat pour rejoindre la plus petite des deux îles habitables, on pose nos valises dans un hôtel isolé (le seul sur cette plage) pour 3 jours de farniente. On a même la possibilité de rejoindre des plages totalement vierges par des petits sentiers au travers de la jungle (10-15 min de marche). Au programme : bronzette sur des plages de sable blanc et snorkeling dans une eau transparente, chaude et remplie de poissons et de coraux. Un petit paradis.

Perhentian2 Perhentian

Cameron Highlands

Après une journée en minibus, on débarque dans la rafraichissante vallée de Cameron Highlands (environ 20° contre 30-35° ailleurs). Autant dire qu’on ne vient pas ici pour les villes qui ressemblent à des stations de ski décrépies des années 80. Tout l’attrait se situe dans les collines alentours recouvertes de plantations de thé donnant une forme si particulière et magnifique aux vallées. La visite d’une fabrique nous permet d’en apprendre un peu plus sur la confection du thé et de goûter le thé glacé local.

Cameron Highlands2 Cameron Highlands1

Kuala Lumpur

Dernière étape, la capitale de la Malaisie. Encore une ville très riche en bâtiments historiques comme modernes, jardins relaxants, édifices religieux et musées somptueux… Certes pas aussi bien aménagés que Singapour, Kuala Lumpur et ses environs méritent pourtant vraiment d’être visités.

Côté architecture la place Merdeka est impressionante avec ses énormes bâtiments historiques : notamment l’édifice du Sultan Abdul Samad de plus de 200m de long ou le théâtre de la ville. Le quartier de Lake Gardens n’est pas en reste avec un mélange d’édifices historiques (ancienne gare) et nouveaux (mosquée nationale pouvant abriter 15 000 fidèles). Enfin le quartier des affaires, en construction permanente, reste le fleuron de la cité avec ses tours jumelles les plus hautes du monde.

La ville est aussi l’occasion de nous plonger pleinement dans les coutumes locales, avec la visite des marchés du quartier chinois, d’un habitat traditionnel malais (sur pilotis en bois) ou encore de l’excellent musée des arts islamiques. Nous sommes épatés par la qualité du spectacle (gratuit !) de danse traditionnelle malaise, aux inspirations chinoise, indienne ou des éthnies de Bornéo.

Enfin les grottes de Batu, à 10 km au nord de la ville, bien que très touristiques sont vraiment marquantes. La grotte principale d’une centaine de mètres de haut abrite un sanctuaire hindou. Elle est gardée à l’entrée par une statue en or du dieu Muruga de 42m de haut !

KL1 KL3 KL2

On a aimé

  • L’eau avoisinant les 30° à Perhentian. Parfois on s’égare en se disant que c’est presque trop chaud… Mais on revient vite à la raison.
  • Discuter des traditions chinoises (notamment des tombes !) avec un couple de Kuala Lumpur dans un Mac Do.
  • La facilité à faire du stop dans les Cameron Highlands. Il faut dire qu’il y a du traffic.

On a moins aimé

  • Se rendre au terminal pour s’apercevoir qu’il n’y a plus de place dans les bus de nuit pour Perhentian à cause des vacances scolaires. On rebrousse chemin et on passe une journée de plus à Melaka.
  • Le macaque qui a essayé de nous voler nos affaires sur la plage, puis se montrait très aggressif quand on voulait les reprendre.
  • L’impossibilité de randonner dans la jungle des Cameron Highlands à cause des fortes pluies des derniers jours. Dommage, on se limite donc aux routes goudronnées.

Ca nous a surpris

  • La qualité des bus : sièges larges (3 rangées au lieu de 4) pour des prix abordables, rien à envier aux bus chiliens.
  • L’énorme varan (au moins 2 mètres de long) en plein coeur de la vieille ville de Melaka.

Nourriture

La cuisine est un bon exemple du pluriculturalisme du pays : on retrouve un mélange de cuisine malaise, indienne et chinoise. On a un penchant pour les plats indiens avec leurs Dosais (galettes), leurs mélanges de sauces plus ou moins pimentés servis sur des feuilles de bananiers, ou encore leurs incontournables poulet massala ou tandori…

On a quand même testé quelques spécialités locales ou asiatiques :

  • Durian puff : sorte de chou avec une crème au Durian (fruit national à l’odeur et au goût… très particuliers !).
  • Fruit du dragon : magnifique et intrigant d’extérieur, et au goût plutôt bon.
  • Satay : sauce faite à base de saté (cacahuètes, piments, oignons, tomates…) qui accompagne les brochettes.
  • Les milkshakes et smoothies aux fruits frais (coco, mangue, orange) pour Solène et les pâtisseries pour Nicolas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *