On poursuit notre route aux Philippines en continuant à profiter des fonds marins, mais aussi de l’intérieur des terres, des villes et volcan.

Le trajet (carte Google Map)

Siquijor

On quitte l’île de Negros pour rejoindre en ferry celle de Siquijor. Cette île étant relativement petite, on la découvre en rayonnant en scooter depuis notre hôtel.

On apprécie la réserve marine de Tubod, peu touristique malgré sa plage de sable blanc et ses poissons multicolores. On retrouve le contact chaleureux des habitants en traversant les petits villages dans le centre valloné de l’île. On s’arrête pour se raffraichir dans les cascades Cambugahay et leurs magnifiques bassins d’eau turquoise.

 DSC06283

Cebu

On prend une dernière fois le bateau pour l’île de Cebu où on rejoint directement la ville de Moalboal. On est déçus par le lieu : très touristique, pas de vraie plage, et des fonds sous-marins sans intérêt autre que les bancs de sardines (avec leurs reflets argentés et leur chorégraphie de groupe). Il y avait peut-être d’autres endroits valant le coup aux alentours, mais nous avons préféré rallier plus tôt que prévu Cebu City.

A première vue, la ville présente peu d’attrait pour les voyageurs. Derrière la façade touristique, on perçoit nettement les difficultés du pays : pauvreté flagrante, enfants des rues… Malgré tout, en cherchant bien, la ville possède quelques beaux batiments et sites intéressants : la Cathédrale, un temple taoiste, les vestiges du fort errigé par les Espagnols… On est marqués en particulier par la basilique Santo Nino et la vénération portée à l’enfant Jésus.

DSC06311 DSC06329

Centre Luzon et Manille

Retour en avion à Manille d’où l’on pique aussitôt vers le sud pour rejoindre le volcan Taal. Après une traversée du lac en barque, on commence la grimpette (45 min) avec le lever du soleil, ce qui nous évite les grosses chaleurs et les groupes de touristes. Depuis le sommet, nous avons une belle vue sur le volcan et son lac intérieur, eux-mêmes contenus dans un grand lac ! Nous croisons beaucoup de chevaux, montés par les locaux ou les touristes flemmards :).

De retour dans la capitale, nous prenons le temps cette fois de visiter la ville. Le quartier intra-muros et ses nombreux batiments historiques est très agréable pour se balader. On visite d’abord le fort Santiago et son musée en hommage de Rizal, héros national de l’indépendance philippine. On jette un oeil à la Cathédrale et l’église San Agustin où se déroulent des cérémonies de mariage avant de terminer par la Casa Manila, très belle demeure restaurée de style colonial. On consacre une bonne partie de la journée du lendemain au musée du peuple philippin, parcourant les expositions sur l’art vestimentaire, le tressage, la culture du riz, le commerce de l’ivoire…).

DSC06361 DSC06372

On a aimé

  • La tranquillité de Siquijor : une île moins touristique, pas de grosse ville polluée et assez peu de voitures.
  • Discuter avec la gérante très directe et bien marrante d’un petit boui-boui, parlant ouvertement de la vie locale.

On a moins aimé

  • L’impossibilité temporaire de retirer de l’argent pendant 3 jours (de Siquijor jusqu’à Moalboal) faisant monter le stress et réduire les dépenses au minimum.
  • La circulation particulièrement agressive dans la ville de Cebu City qui en plus contient très peu de vrais trottoirs.

Ça nous a surpris

  • La popularité des cours de danse en plein air, type flashmob, chez les jeunes philippins.
  • De découvrir d’imposants bâtiments (de style ex-URSS) dans Manille : le musée du peuple philippin, le musée national, la Poste…
  • Qu’on nous parle de la nouvellement élue Miss Univers (française) quand les locaux nous demandent d’où on vient.

Nourriture

  • On goûte la mangue verte (vendue avec son sachet de sel épicé) dont raffolent les locaux mais qui déçoit Solène, adepte des mangues sucrées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *