Vendredi, 5 heures du matin, Solène nous mène dans les couloirs du métro parisien jusqu’à Orly, où je découvre que nous partons à Copenhague. Ça, c’est de la surprise.

Pendant 3 jours, on parcourt la capitale danoise à pied, à la découverte des ingrédients qui font la réputation de Copenhague : son architecture hétéroclite, son design d’intérieur, son calme, son modèle écologique…

La découverte de la ville

Quartier d’Amalienborg

Nous commençons par visiter le nord de la capitale, représentant bien la diversité de la ville. On y découvre ainsi de grands espaces verts comme celui du jardin botanique, des quartiers aux maisons oranges (Nyboder) ou rouges (ancienne citadelle) ou encore des palais à l’architecture classique du XVIIIe s autour de la place d’Amalienborg. La zone ne manque pas non plus d’églises magnifiques comme celle de marbre (Marmorkirken) avec son dôme de 46 mètres de haut ou l’église anglicane de Saint Alban aux murs semblables à de la mosaïque.

On n’oublie pas de passer devant l’emblème de la ville, la petite sirène assise sur un rocher, mais la plus belle visite reste pour nous le château de Rosenborg. Sa grande galerie, son trône en dents de narval, ses tapisseries…, mais surtout, sa salle aux trésors qui regorge de joyaux et autres objets d’apparats.

Chateau rosenborg Petite sirene

Quartiers de Christianshavn et de Christiania

On poursuit notre marche en traversant le canal séparant le centre de la “petite Amsterdam” (autre nom du quartier de Christianshavn). En point de mire le magnifique clocher en colimaçon de l’église Vor Frelsers. Le quartier est calme, très peu de voitures à l’horizon. Les rues pavées entourant les canaux et leurs bateaux amarrés, les maisons basses et les entrepôts donnent un vrai charme à cette ancienne zone franche. Les architectures modernes, comme le Cirkelbroen (pont aux plateformes circulaires), viennent s’incorporer parfaitement dans l’environnement.

Mais on vient surtout ici pour découvrir le quartier de Christiania, ancienne caserne militaire devenue ville libre (de 1971 à 2012) où une nouvelle forme de vie sociale est expérimentée. On se balade au milieu des maisons difformes, des vélos à remorque intégrée “made in Christiania” et de la nature encore bien sauvage. Malgré les impacts négatifs du tourisme sur cette communauté, quelques irréductibles tentent de continuer à préserver leur vie alternative.

Christianshavn Christiania

Quartier latin

Quartier où l’on réside, agréable à parcourir même s’il n’y a pas vraiment d’attractions touristiques…. C’est aussi ça le grand avantage de Copenhague, on peut tout faire à pied ! On découvre de jolies rues piétonnes, un grand parc avec son lac gelé, de bons restaurants et quelques beaux bâtiments, notamment le Rundetarn, une tour ronde sans escalier, plus ancien observatoire d’Europe.

City center et Slotsholmen

On termine notre visite par le centre de la capitale. Une grande rue piétonne le sépare du quartier latin qui rappelle un peu la rue Sainte-Catherine avec ses nombreux magasins, ses belles façades d’immeubles et ses grandes places. À son extrémité sud, l’énorme et superbe hôtel de ville, mais aussi le parc d’attractions du Tivoli (vieux de plus de 170 ans) et le musée Ny Carlsbergs Glyptotek. À son autre extrémité, la place Konsens Nytrov (malheureusement en travaux) entourée du théâtre royal, de l’hôtel d’Angleterre ou encore du palais de Charlottenborg. En continuant notre balade, on débouche sur la rue Nyhavn, avec ses vieux gréements accostés le long du canal et ses maisons colorées. Coup de coeur pour cette “vue carte postale” de la ville.

On fait une visite guidée du musée national, avant de s’attaquer au coeur historique de Copenhague le Slotsholmen (l’îlot du château), abritant encore de nombreuses institutions, notamment le parlement. On prend de la hauteur pour admirer la ville depuis le Tâmet, la plus haute tour de la capitale, avant de faire une visite guidée des salons de réception royaux. Au programme, superbe bibliothèque, grande salle à manger, immense salle de bal avec de belles tapisseries…  Parfait pour bien terminer cette escapade.

Une dernière bière… française, avant de partir en laissant Solène qui reste là pour travailler.

Nyhavn Slotsholmen

On a aimé

  • Ici le vélo est roi, est tout est aménagé dans ce sens : larges pistes cyclables permettant de doubler facilement, ponts réservés, grands parkings à vélos, beaucoup de magasins spécialisés… En conséquence, il y a peu de circulation automobile dans la ville et l’ambiance s’en ressent agréablement !
  • L’architecture hétéroclite, mélange de bâtiments historiques, ultras modernes, mais aussi de quartier plus typiques (maison de couleurs) cohabitant malgré tout parfaitement.
  • Tout semble nickel et chic (même les marchés), notamment grâce au design d’intérieur chaleureux des magasins et restaurants.

On a moins aimé

  • L’entrée dans le quartier de Christiania. On a un peu l’impression d’atterrir dans un parc d’attractions… où l’on vend des barrettes de chit en plein jour.
  • Ça caille en février, les lacs sont gelés et la température ne dépasse pas les 3 degrés.

Ça nous a surpris

  • Les cargobikes made in Christiania : les vélos avec une cariole à la place de la roue avant permettant de transporter enfants ou marchandises…
  • La longueur de la file d’attente pour aller rendre hommage au mari de la reine (un français !) dont le corps était exposé dans une église. Pourtant sa réputation n’était pas très bonne chez les danois, parrait-il !
  • La plupart des enfants se baladant en combinaison de ski dans la rue.

Nourriture

On ne vient clairement pas au Danemark pour la renommée de la cuisine locale (et en plus ça coûte trèèès cher!), mais on a quand même goûté d’excellentes spécialités.

  • Le Smorrebrod (plat national du midi) : une sorte de tartine au pain de seigle (Rugbrod) recouvert de hareng, viande fumée, oeufs de poisson, betterave…
  • Du hareng mariné au curry.
  • Les wienerbrod : viennoiseries à base de pâte feuilletée, pâte d’amande, cannelle, noix de pécan…
  • Et bien sûr la Carlsberg, la bière nationale.

Repas Viennoiseries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *