Çà y est… c’est le grand départ. Après les tournées d’aux revoirs, on laisse Chris qui nous a accompagnés jusque dans le hall de l’aéroport. Nous embarquons pour 16 heures de vol vers notre 1ère destination : Buenos Aires. Notre tour du monde commence et nous ne reverrons pas la France avant 1 an.

Buenos Aires
On découvre une mégalopole bien plus vaste que Paris, qui nous a amenés à beauuuucoup marcher durant les 5 jours de visite! Les habitants sont à la fois des descendants d’immigrants européens (les conquistadors espagnols bien sur, mais aussi des italiens ou encore des allemands), ainsi que des indiens natifs. Les forts contrastes nous ont marqués : que ce soit entre les bâtiments (par exemple une église du 15eme siècle entourée d’un immeuble horrible des années 70 et d’un édifice ultramoderne.) Ou encore les carcasses de voitures abandonnées à côté de véhicules très modernes.

Voitures

Au grès de nos balades, on découvre les quartiers touristiques (Palermo, Microcentro, San Telmo, Rigoleta …), et les principales attractions de la ville (cimetière de Rigoleta, Casa Rosada, Palais du Gouverneur, Marché de San Telmo, Parque de Palermo …) et on visite 2-3 musées. On fait une excursion d’un jour dans la ville de Tigre, dans le détroit du Rio del Plata, qui fait penser à la Louisiane.

Palais du gouvernement

Casa Rosada

Parque Palermo

Ce qu’on a aimé

  • L’incroyable sympathie des personnes que nous avons rencontrées.
    Tout d’abord lors de notre arrivée à l’aéroport où après pas loin d’1h30 à rechercher un moyen de transport pour se rendre en ville, nous rencontrons Andres, un colombien vivant à Buenos Aires, qui nous paye le bus et nous propose de nous faire visiter la ville l’après midi. Ce que nous ferons durant près de 5 heures. Ensuite Cristina, architecte d’une cinquantaine d’année, qui sera notre hôte Servas durant 3 jours. Elle nous montrera notamment son Buenos Aires lors d’une visite guidée d’environ 4h et nous conviera à un diner avec ses amies pour la fête des amis.
  • Les journées ensoleillées malgré l’hiver qui bat son plein. Aucune pluie et une agréable chaleur en milieu de journée

Ce qu’on a moins aimé

  • Le froid lorsque le soleil se cache et que le vent se lève. La température ne dépassait pas les 5 degrés le matin.
  • Qu’on nous force à prendre les transports et circuits touristiques : Que ce soit à Tigre ou à l’aéroport, tout est fait pour que le touriste paye. Par exemple, il est ainsi impossible d’acheter une carte de bus public à l’aéroport (alors que les bus y passent bien).

La nourriture

Nous nous sommes bien imprégnés de la gastronomie argentine :

  • Quelques repas composés d’empanadas.
  • Petite cure de dulce de leche (dans les glaces chez Cristina, dans les gâteaux en ville, en plus du pot à tartiner que nous avons acheté).
  • De la bonne viande (bife de Lomo, Chorizo, milanesa …).

Ce qui nous a surpris

  • Les files d’attente pour monter dans le bus. Une discipline qui va totalement à l’encontre de celle du métro, où personne ne vous laisse descendre !
  • Les barricades autour de la Casa Rosada (siège du pouvoir exécutif) lors d’une manifestation, rappelant surement que la stabilité du pays reste toute jeune.
  • L’emplacement des feux tricolores, se situant après les carrefours et servant souvent aussi de feux pour les piétons.
  • La prononciation du « ll » et du « y » (« ch » en argentin) qui, même si nous étions prévenus, est dure à assimiler (surtout dans une langue que nous ne maitrisons pas).

Prochaines étapes : la région de Mendoza puis de Salta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *