Avant tout, on vous souhaite une excellente année 2017, pleine de bonheur et de voyages !

Voici avec un peu de retard le récit de nos « vacances dans nos vacances » : 3 semaines au Bélize avec un rythme beaucoup plus tranquille, à profiter de la barrière de corail et de ses nombreux habitants, de la farniente au soleil, et des visites de temples Mayas.

Le trajet (lien Google Map)

San Ignacio

Après une visite du Nord Est du Guatemala, on passe la frontière du Bélize (plus facilement qu’annoncé) et on se pose à San Ignacio, au coeur du pays. On commence par une visite de Xunantunich, centre maya avec une construction fortifiée de 40 mètres de haut surplombant la jungle.

Les pluies tropicales rendent les activités alentours impraticables. La visite des caves renfermant des trésors mayas étant excessivement chère, les innondations ont pour mérite de régler notre dilemne! On écourte donc notre séjour dans les terres pour se rendre sur la côte Sud.

dsc04523 dsc04526

La côte sud

1ère étape : le village Garifuna de Hopkins (pour ceux qui n’auraient pas suivi : les Garifuna sont les descendants d’Africains déportés aux Amériques). L’ambiance est très tranquille et les habitants super accueillants. On se laisse vivre entre la plage et les concerts de musique traditionnelle.

Après beaucoup d’hésitations, car nous n’avons pas réussi à trouver d’hébergements à prix décents à l’avance, nous décidons d’embarquer pour Tobacco Caye, minuscule ile posée sur la barrière de corail. On ne regrette vraiment pas : on trouve une chambre à louer chez Margaret, habitante de l’île qui nous concocte des délicieux plats de la mer. L’île est magnifique, et on rejoint en quelques brasses la barrière de corail, pour admirer les multiples poissons et raies.

dsc04555 dsc04559

Le nord du pays

On quitte à regret notre île paradisiaque pour se diriger vers Orange Walk. De là, nous réalisons une journée d’excursion à Lamanai, un autre site maya. On en retiendra l’approche différente pour la rénovation. Les Mayas ayant l’habitude de reconstruire par dessus les édifices des générations précédentes, les archéologues de ce site ont choisi de « retirer » la dernière couche (la plus moderne). A l’inverse, sur la plupart des autres sites visités, les archéologues reconstruisaient intégralement cette dernière couche. L’accès au site se faisant par une rivière sinueuse, c’est l’occasion d’observer les nombreux oiseaux, un énorme crocodile et plusieurs iguanes, ainsi que d’écouter les anecdotes de notre guide sur la vie locale.

On retourne sur la côte à Sarteneja pour 3 jours de farniente dans ce village paisible où tout le monde ou presque se déplace à pied ou à vélo.

dsc04622 dsc04643

Le centre du pays

On termine par une île « incontournable » du pays : Caye Caulker. On s’offre une excursion en bateau pour une demi-journée de snorkeling sur différents spots de la barrière de corail. On nage parmi les poissons, les raies… et les requins! C’est surtout cette expérience que l’on retiendra. Caye Caulker étant très touristique, notre préférence reste sur la petite île de Tobacco Caye.

Notre périple en Amérique latine s’achève à Belize City, ancienne capitale du pays. Quelques beaux édifices coloniaux, des visites de musées intéressantes, et des balades le long de la côte quand nous n’avons pas besoin de nous abriter des déluges tropicaux.

 dsc04702

On a aimé

  • Les plages de rêve : eau turquoise à 28°, sable blanc et cocotiers.
  • Les fonds sous-marins bien préservés et les poissons multicolores.
  • Nager parmi les raies et les requins.
  • Découvrir les temples mayas au milieu de la végétation luxuriante.

On a moins aimé

  • Les « sandflies » (mouches de sable) qui nous ont dévoré les jambes à Hopkins.

Ça nous a surpris

  • La petite taille des ville, et en particulier de la capitale Belmopan !
  • L’interdiction des bus de sortir du terminal avec des gens debouts (mais en revanche aucun problème dès qu’on a pris la route!)… Du coup, être obligés de s’accroupir sur le sol, voir de courrir attraper le bus 100 mètres plus loin.
  • Etre scrutés longuement par un groupe de mennonites dans un bar-restaurant.

Nourriture

  • Du rice and beans… jusqu’à saturation !
  • Les restos chinois : alternative bon marché, présents partout dans le pays et ouverts tous les jours.
  • Le homard cuisiné par Margaret et fraichement pêché par son fils.
  • Les conques, mollusques dont les coquillages pêchés s’éparpillent sur l’ile.

1 Comment

Répondre à Alexis Toyane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *